EGLISE SAINT MARTIN

La première date de l'histoire de l'église Saint-Martin d'Arnèke remonte à 1174 : elle était alors une grande chapelle.
Elle est aujourd'hui une église-halle, ou hallekerque, à trois nefs d'égale hauteur et couvertes d'ardoises.
Au cours des XIIème et XIIIème siècles, les murs latéraux de l'édifice primitif ont été abattus et de hauts piliers ont été élevés.
Au XVIème siècle (1566), le bâtiment souffre du feu, suite aux ravages causés par les Gueux. Sa reconstruction prendra de nombreuses années et sera terminée en 1609.

1)Le retable du maître-autel
Le retable du maître-autel est dédié à Saint Charles Borromée.
Il s'insère dans les lambris du sanctuaire.
Cet ensemble de boiseries du XVIIIème siècle, peint et doré,
tapisse entièrement le choeur et y intègre parfaitement les vitraux et tableaux.
Le tableau d'autel, au centre, représente saint Charles Borromée devant la croix.
Au plafond, l'apothéose de Saint Martin, patron de la paroisse.
L'autel est en bois doré avec miroirs. L'exposition tournante de 1772, compte trois compartiments

2)Les retables latéraux
Les deux retables latéraux ont été réalisés en 1715 par Jacques Wailsch, artiste de Saint-Omer. Ils se composent d'un corps central encadré par deux colonnes torses entourrées de pampres et se terminant par des volutes. Ils sont coiffés d'un large fronton qui abrite une statue.

Le retable nord est dédié à la Vierge. Le tableau représentant Saint Dominique recevant le Rosaire des mains de Marie est de Bafcop, peintre de Cassel. Il date de la fin du XIXème siècle. Dans la niche est placée une statue de la Vierge à l'enfant du XVIIIème siècle.

Le retable sud est défié à Saint Nicolas. Le tableau central repésent l'apparition du Sacré Coeur à sainte Maguerit Alacoque. Il est également signé Bafcop. La statue dans la niche est celle de Saint Nicolas.

3)Petits retables
Les deux petits retables sont réalisés en marbre rouge de Belgique.
Au nord : l'autel de Jésus flagellé, du XVIIIème siècle, témoigne de la grande dévotion à la Passion dans toute la Flandre.
Au sud : l'autel de Saint Gothard date du XVIIIème siècle.
On vient "servir" cet ancien curé d'Arnèke depuis le XIIIème siècle pour obtenir la guérison de maladies incurables.
(La neuvaine annuelle est du 1er au 9 mai.)

4)La table de communion
Elle a été réalisée en fer forgé par Lootein et Duhoo d'Arnèke en 1897.

5)La chaire de vérité
a été réalisée par Spillemaker en 1780. Sur la cuve sont représentés les quatre évangélistes et leurs symboles. La sculpture de la rampe est remarquable. Elle retrace le récit biblique de Jonas.

6)Le buffet d'orgue
Il est également une oeuvre de Spillemaker, datée de 1771.

7)Les confessionnaux
Les deux confessionnaus les plus anciens (XVIIIème siècle), situés vers le choeur, sont de Spillemaker. L'un porte en sculpture une représentation du Bon Pasteur, et l'autre une représentation de Saint Pierre recevant le pouvoir des clefs.
Les deux autres confessionnaux sont de Louis Binet, d'Arnèke.

8)Les lambris sont de 1898
Ils constituent une véritable leçon d'iconographie : on y compte quarante trois saints et neuf saintes, dont chacun des noms est inscrit. Ils ont été réalisés par l'atelier Couterie, de Lille. Ils tapissent le mur tout autour de l'église.

9)La mise au tombeau
A droite en entrant dans l'église, on découvre une grotte de pierres, de grès et de galets : c'est une magnifique Mise au tombeau de 1840. Les personnages représentés sont en bois peint.
Cette mise au tombeau esst gardée par deux soldats qui proviennent de l'abbaye Saint-Winoc de Bergues

 

Si cette visite vous a plu n'hésitez pas à prendre contact avec nous